Vasco - tome 28 - I pittori

Vasco - tome 28 - I pittori

PDF from Tostanfrance for Vasco - tome 28 - I pittori

Télécharger:
ID: 2803671247
Cloud: Jeunesse
Téléchargement total: 4488
Lire en ligneTéléchargement

Description du produit

De retour en Italie, Vasco est chargé par son oncle de négocier l'achat d'un tableau auprès d'un grand peintre. Mais ce dernier est assassiné et Vasco est pris dans la tourmente d'une enquête pleine de surprises.

Présentation de l'éditeur

De retour en Italie, Vasco est chargé par son oncle de négocier l'achat d'un tableau auprès d'un grand peintre. Mais ce dernier est assassiné et Vasco est pris dans la tourmente d'une enquête pleine de surprises.

Biographie de l'auteur

Détenteur d'un diplôme d'études approfondies (DEA) en Histoire et Civilisations, Luc Révillon fait référence en matière d'interférences entre la bande dessinée et l'Histoire. Conférencier, animateur de colloques, il est par ailleurs l'auteur de nombreux articles et d'ouvrages para-BD autour de grandes séries telles que Tintin (Hergé), Le Décalogue et Quintett (F. Giroud), Giacomo C. (J. Dufaux et Griffo), Les grandes Affaires criminelles et mystérieuses (G. Berthelot), Le Triangle secret (D. Convard)... Et bien sûr Vasco auquel, en collaboration avec son créateur G. Chaillet, il a consacré les albums Le petit Vasco illustré, Mémoires de voyages et Les Mémoires secrets de Vasco parus au Lombard. I Pittori, 28e tome des pérégrinations du jeune et impétueux Siennois à travers le 14e siècle, est le second épisode dont il est le scénariste et dialoguiste, en collaboration avec Chantal Chaillet.

Né à Paris en 1954, mais vivant aujourd'hui en Avignon, Dominique Rousseau a d'abord fait des études de cinéma et suivi une formation de comédien tout en étant, tour à tour, éducateur pour enfants handicapés, animateur de ciné-clubs, musicien de jazz, formateur, dessinateur de Presse... Il a publié ses premiers dessins en 1978 dans "BD Hebdo", puis "Charlie Mensuel". Sur des scénarii de Jean-Pierre Autheman, il a ensuite mis en images la série "Condor", six albums édités chez Dargaud. À l'aise dans une grande diversité de styles graphiques, il est aussi auteur de livres pour la jeunesse et a été illustrateur de nouvelles policières pour des périodiques tels que "Je Bouquine", "I love English" et "Z'Azimut". Animateur également de stages d'écriture et de dessin en milieu scolaire, il assure à présent, après le tome 5 de "La Dernière Prophétie", la continuité de la série "Vasco" créée par Gilles Chaillet, pour Le Lombard.

Fidèle lecteur du Journal « Tintin », le petit Gilles Chaillet dévorait les aventures du « Chevalier Blanc » et de « Blake et Mortimer ». C'est à cette époque que deux grandes passions s'imposent à lui, la bande dessinée et l'Histoire. On ne sera donc pas surpris de le retrouver, quelques années plus tard, aux côtés de Jacques Martin, qui lui confie la reprise de « Guy Lefranc ». Mais, aussi à l'aise soit-il dans le réalisme contemporain, Gilles Chaillet caresse une autre ambition, celle de faire découvrir aux lecteurs la fin du Moyen Âge, époque aussi peu traitée que fascinante. En 1980, il concrétise cette envie dans les premières planches de « Vasco ». Et pendant plus de 30 ans, jusqu'à l'aube de son départ en 2011, il se consacre à cette fresque magistrale qui ressuscite pour notre plus grand plaisir des pages méconnues de notre passé. Chez Gilles Chaillet, la rigueur de l'histoire n'entrave en rien la verve et le rythme de la narration, l'intrigue est vive et rend le récit formidablement vivant. Parallèlement à cela, il se consacrait à un projet de fond : redessiner la carte de la Rome des Césars au plus près de la réalité historique, alors même qu'on ne possède que peu de traces de ladite réalité. Un travail de titan, qu'il a commencé à l'âge de 8 ans, ne cessant depuis d'élargir et d'affiner le modèle, jusqu'à devenir « Dans la Rome des Césars », un document iconographique qui fait aujourd'hui autorité jusque dans les cours d'Histoire. Succès mérité pour un homme dont l'oeuvre reflète parfaitement cette ambition première du journal Tintin qui était « d'instruire en amusant ». Photo © E. Charneux

Détails & caractéristiques

Informations sur le produit

À propos de cet article

Informations sur le produit

LIVRES POPULAIRES