Les Mythes grecs, I et II

Les Mythes grecs, I et II

Meilleur from Tostanfrance for Les Mythes grecs, I et II

Télécharger:
ID: 2251324461
Cloud: Jobs et carrières
Téléchargement total: 6598
Lire en ligneTéléchargement

Description du produit

Tome I. Origines
« Les fables ne sont pas ce qu'elles semblent être », déclarait La Fontaine, après le fabuliste latin Phèdre. Il y a l'apparence et la réalité, la surface et les strates successives qui, de descente en descente dans les profondeurs du mythe, livreront peut-être au mythologue mué en spéléologue la signification la plus ancienne. C'est ainsi que, grâce à l’étymologie se révèlent les traits primitifs de la personnalité de certains héros. Mais cette recherche nous mène plus loin encore, vers les origines du monde, les cosmogonies, les cataclysmes primordiaux, les naissances et renaissances d’une humanité sans cesse remise en question par le dieu suprême. Elle permet de découvrir, au-delà de l’admirable torse pivotant du Discobole de Myron, les dieux de la végétation bulbeuse que vénéraient les premiers hommes. Elle met en lumière la propension des Grecs à éloigner dans l’espace et dans le temps aussi bien le monde idéal (les pays au parfum où habitent les dieux, les contrées de justice, d’abondance et de bonheur des Hyperboréens et des Éthiopiens) que l’humanité qui s’entretue et s’entredévore, une humanité enférocée qui, selon les Grecs, ne saurait être que barbare, non-grecque. Mais cette opération de propagande, consciente ou inconsciente, est manquée : les mythes dévoilent, les mythes dénoncent.

Tome II. L'initiation
Au troisième millénaire se pratiquent encore chez certains peuples (Afrique, Nouvelle-Guinée, Amérindiens) des rites initiatiques très proches de ceux que les Grecs ont connus bien avant Homère. À l’époque classique il en restait des souvenirs, surtout dans les pays des confins, mais aussi dans les institutions des cités les plus civilisées (comme Athènes, Sparte, Thèbes ou Corinthe), et plus encore dans leurs mythes. Le fil d’Ariane qui permet de retrouver ses traces, c’est la symbolique de la mort et de la résurrection. Quittant le monde de l’enfance pour entrer dans celui des adultes, l’adolescent doit mourir pour mieux renaître. Cet ouvrage s’efforce de dégager dix-sept traits initiatiques, les plus fréquents, avant d’entrer dans le détail des mythes, poser les questions et tenter de les résoudre. Par exemple : quel rapport y a-t-il entre le labyrinthe et la danse de la grue exécutée par Thésée et ses compagnons après la victoire sur le Minotaure ? D’où vient la granitula, une danse encore exécutée en Italie du sud et en Corse du nord le jour du Vendredi Saint ? Pourquoi tant de héros portent-ils le nom du loup, de Lycomède aux nombreux Lykos en passant par Autolykos, Harpalykos, Lykas, Lykenion ou Lycurgue ? Telles sont quelques-unes des questions qui sont posées dans cet ouvrage. Bien entendu, la place finale, la place d’honneur, est réservée à Ulysse, le plus « éprouvé » de tous les héros grecs.

Ces Mythes Grecs I & II sont le fruit d’une recherche commencée il y a un tiers de siècle. Ils ont fait l’objet d’une première publication par les Publications de la Recherche, Université Paul-Valéry, Montpellier III, en 1999 pour Mythes Grecs I et en 2002 pour Mythes Grecs II. Dans chaque tome un index facilite la recherche d’informations sur les héros et les dieux étudiés

Présentation de l'éditeur

Tome I. Origines
« Les fables ne sont pas ce qu'elles semblent être », déclarait La Fontaine, après le fabuliste latin Phèdre. Il y a l'apparence et la réalité, la surface et les strates successives qui, de descente en descente dans les profondeurs du mythe, livreront peut-être au mythologue mué en spéléologue la signification la plus ancienne. C'est ainsi que, grâce à l’étymologie se révèlent les traits primitifs de la personnalité de certains héros. Mais cette recherche nous mène plus loin encore, vers les origines du monde, les cosmogonies, les cataclysmes primordiaux, les naissances et renaissances d’une humanité sans cesse remise en question par le dieu suprême. Elle permet de découvrir, au-delà de l’admirable torse pivotant du Discobole de Myron, les dieux de la végétation bulbeuse que vénéraient les premiers hommes. Elle met en lumière la propension des Grecs à éloigner dans l’espace et dans le temps aussi bien le monde idéal (les pays au parfum où habitent les dieux, les contrées de justice, d’abondance et de bonheur des Hyperboréens et des Éthiopiens) que l’humanité qui s’entretue et s’entredévore, une humanité enférocée qui, selon les Grecs, ne saurait être que barbare, non-grecque. Mais cette opération de propagande, consciente ou inconsciente, est manquée : les mythes dévoilent, les mythes dénoncent.

Tome II. L'initiation
Au troisième millénaire se pratiquent encore chez certains peuples (Afrique, Nouvelle-Guinée, Amérindiens) des rites initiatiques très proches de ceux que les Grecs ont connus bien avant Homère. À l’époque classique il en restait des souvenirs, surtout dans les pays des confins, mais aussi dans les institutions des cités les plus civilisées (comme Athènes, Sparte, Thèbes ou Corinthe), et plus encore dans leurs mythes. Le fil d’Ariane qui permet de retrouver ses traces, c’est la symbolique de la mort et de la résurrection. Quittant le monde de l’enfance pour entrer dans celui des adultes, l’adolescent doit mourir pour mieux renaître. Cet ouvrage s’efforce de dégager dix-sept traits initiatiques, les plus fréquents, avant d’entrer dans le détail des mythes, poser les questions et tenter de les résoudre. Par exemple : quel rapport y a-t-il entre le labyrinthe et la danse de la grue exécutée par Thésée et ses compagnons après la victoire sur le Minotaure ? D’où vient la granitula, une danse encore exécutée en Italie du sud et en Corse du nord le jour du Vendredi Saint ? Pourquoi tant de héros portent-ils le nom du loup, de Lycomède aux nombreux Lykos en passant par Autolykos, Harpalykos, Lykas, Lykenion ou Lycurgue ? Telles sont quelques-unes des questions qui sont posées dans cet ouvrage. Bien entendu, la place finale, la place d’honneur, est réservée à Ulysse, le plus « éprouvé » de tous les héros grecs.

Ces Mythes Grecs I & II sont le fruit d’une recherche commencée il y a un tiers de siècle. Ils ont fait l’objet d’une première publication par les Publications de la Recherche, Université Paul-Valéry, Montpellier III, en 1999 pour Mythes Grecs I et en 2002 pour Mythes Grecs II. Dans chaque tome un index facilite la recherche d’informations sur les héros et les dieux étudiés

Biographie de l'auteur

Alain Moreau a été professeur de grec ancien à l'université Paul-Valéry de Montpellier, où il a dirigé le Séminaire d'Études des Mentalités Antiques (SEMA). Spécialiste de la tragédie et de la mythologie grecques, il a publié aux Belles Lettres Eschyle, la violence et le Chaos (1985), Le Mythe de Jason et Médée. Le va-nu-pied et la sorcière (1994) et La Fabrique des mythes (2006).



Bernard Deforge, professeur émérite des Universités, a enseigné la littérature grecque ancienne pendant quarante ans. Il est l'auteur de nombreux livres sur cette littérature, ainsi que de recueils de poèmes. Tous ses écrits ont été publiés aux Belles Lettres. Parrallèlement il a été collaborateur de différents ministres, puis associé au sein d'un grand cabinet international d'audit et de conseil.

Détails & caractéristiques

Informations sur le produit

À propos de cet article

Informations sur le produit

LIVRES POPULAIRES