La défense dans la peau

La défense dans la peau

Meilleur from Tostanfrance for La défense dans la peau

Télécharger:
ID: 2234069424
Cloud: Réseaux et télécommunication
Téléchargement total: 934
Lire en ligneTéléchargement

Description du produit

Son nom est associé aux affaires brûlantes du moment : Servier, Bettencourt, Polanski, Clearstream… Hervé Temime fait partie de l’élite des avocats pénalistes français. Il est celui que les puissants (chefs d’entreprises ou hommes politiques dont Bernard Tapie, Jean Louis Borloo, Alain Afflelou…) et les célébrités (Nathalie Baye, Catherine Deneuve, Gérard Depardieu…) sollicitent.

On le voit en « avocat des stars » ? Lui considère qu’il « est un pénaliste qui a mal tourné ». Surtout, il n’oublie pas d’où il vient. Orphelin de père à 10 ans, il développe une sensibilité viscérale à l’injustice. « Si je n’avais pas eu un surmoi très fort, je serai devenu un grand délinquant », ironise-t-il. Au lieu de cela, à 21 ans, il prête serment pour défendre ceux qu’on accuse. Son rêve ? Plaider aux Assises. Commis d’office à ses débuts, il apprend sur le tas, sans patron, sans réseau, en défendant d’abord des petits voleurs, des dealers, et puis très vite des meurtriers. Ce métier, subtil et stressant, lui apprend très tôt, très vite, que « n’importe qui peut, un jour, faire n’importe quoi ».

À 54 ans, il tire le bilan de son parcours, aussi atypique qu’unique. Avec l’honnêteté et l’humour qui le caractérisent, en s’appuyant sur son vécu, dense, riche, et des anecdotes édifiantes, il dit tout sur ce métier qui lui colle à la peau, et qui le consume autant qu’il le soigne. Il en profite aussi pour enfoncer quelques a priori tenaces et pour dénoncer une tendance suspecte, voire dangereuse : la défense médiatique.

Extrait

Avant-propos

À l'automne 2009, j'ai reçu des propositions pour écrire un livre sur le métier d'avocat. Je m'occupais à cette époque de plusieurs affaires qui défrayaient la chronique. J'étais notamment devenu l'un des avocats de Roman Polanski. Un avocat très visible à la suite d'un curieux concours de circonstances. Je défendais, en effet, au même moment le journaliste Denis Robert dans le procès Clearstream qui s'est ouvert le lundi 21 septembre 2009.
J'occupais une place modeste dans ce procès.
Mais je n'en ai jamais connu qui ait donné lieu à une telle couverture médiatique, et cela n'avait rien d'étonnant, puisque s'y affrontaient le président de la République en exercice et un ancien Premier ministre. Or, le samedi qui suivit l'ouverture du procès, Roman Polanski fut arrêté dans des conditions rocambolesques à son arrivée à Zurich, où il venait assister au Festival du film, et emprisonné dans la foulée. J'étais son avocat français avec Georges Kiejman.
L'hypermédiatisation de cet événement a été telle que je me suis immédiatement retrouvé harcelé par des dizaines de journalistes du monde entier. Et surtout, étant présent au procès Clearstream, j'étais happé par une nuée de micros et de caméras dès que je rentrais de Suisse, dès que la moindre information sur l'affaire Polanski filtrait. Si j'arrivais à couper mon téléphone portable pendant une demi-heure, j'avais en moyenne trente messages et autant de textos dès que je le rallumais.
J'ai, durant cette période, connu une forte surexposition médiatique. Mais qui étais-je ? Un avocat français qui défendait un homme incarcéré en Suisse, sous le coup d'une demande d'extradition des États-Unis, dans une procédure menée en Suisse, exclusivement écrite en langue allemande de surcroît... Autant dire que, même si je me suis donné corps et âme à ma tâche, j'avais déjà connu des situations où mon rôle était autrement plus important. Mais je rendais visite au prisonnier le plus célèbre du monde, et c'est bien cela qui m'apportait la notoriété... Une bonne occasion d'éprouver mon sens de l'autodérision après trente ans d'exercice professionnel.
Je n'avais pas envie d'évoquer le fond de mes dossiers dans un livre et je sentais que c'est ce que l'on attendait de moi. Bref, je n'étais pas prêt, en cette fin d'année 2009, à écrire quoi que ce soit sur mon métier. Mais le projet faisait son chemin.
Quelques mois plus tard, en juillet 2010, je me décidai à appeler un ami de longue date, Jean-Marc Roberts, pour le sonder. Nous nous sommes vus et il m'a convaincu sans peine.
J'ai pris mon temps... Grâce à lui, j'ai été conforté dans l'intérêt qu'il pouvait y avoir à transmettre mon amour du métier. C'est ce que j'ai tenté de faire. Rien de plus. Parce que j'aime passionnément le métier d'avocat.

Présentation de l'éditeur

Son nom est associé aux affaires brûlantes du moment : Servier, Bettencourt, Polanski, Clearstream… Hervé Temime fait partie de l’élite des avocats pénalistes français. Il est celui que les puissants (chefs d’entreprises ou hommes politiques dont Bernard Tapie, Jean Louis Borloo, Alain Afflelou…) et les célébrités (Nathalie Baye, Catherine Deneuve, Gérard Depardieu…) sollicitent.

On le voit en « avocat des stars » ? Lui considère qu’il « est un pénaliste qui a mal tourné ». Surtout, il n’oublie pas d’où il vient. Orphelin de père à 10 ans, il développe une sensibilité viscérale à l’injustice. « Si je n’avais pas eu un surmoi très fort, je serai devenu un grand délinquant », ironise-t-il. Au lieu de cela, à 21 ans, il prête serment pour défendre ceux qu’on accuse. Son rêve ? Plaider aux Assises. Commis d’office à ses débuts, il apprend sur le tas, sans patron, sans réseau, en défendant d’abord des petits voleurs, des dealers, et puis très vite des meurtriers. Ce métier, subtil et stressant, lui apprend très tôt, très vite, que « n’importe qui peut, un jour, faire n’importe quoi ».

À 54 ans, il tire le bilan de son parcours, aussi atypique qu’unique. Avec l’honnêteté et l’humour qui le caractérisent, en s’appuyant sur son vécu, dense, riche, et des anecdotes édifiantes, il dit tout sur ce métier qui lui colle à la peau, et qui le consume autant qu’il le soigne. Il en profite aussi pour enfoncer quelques a priori tenaces et pour dénoncer une tendance suspecte, voire dangereuse : la défense médiatique.

Biographie de l'auteur

Hervé Temime, superstar du barreau, a débuté comme commis d’office. Devenu pénaliste connu pour sa rigueur, spécialiste des puissants et des affaires difficiles, il est intervenu dans les dossiers Clearstream, Bettencourt, Polanski entre autres.

Détails & caractéristiques

Informations sur le produit

À propos de cet article

Informations sur le produit

LIVRES POPULAIRES